Tendances printemps/été 2018

Le démodé amplifié

Pour cette saison printemps/été 2018 il y a les tendances, qui, comme chaque année, nous guident pour savoir quelles pièces de l'an dernier nous pouvons garder dans notre dressing et quelles sont les nouvelles pièces à y ajouter. Il y a cette tendance là, l'habituelle, celle qui reclasse en quelques mois un incontournable en insupportable. Mais cette saison il y a aussi LA tendance. Focus sur le démodé et le ringard qui s'approche du standard tout en gardant un côté incontrôlable.

Vous en avez sans doute croisé sur le Gambetta, ces 18-35 ans qui semblent tout droit sortis des années 70-80-90. Ces gens au look qui au début sonne comme totalement démodé et qui, ensuite, nous interpellent. Voici venu le temps du démodé amplifié. Alors on a juste envie de dire : merci. Merci parce que le style bohème on en a bouffé pendant des saisons qui semblaient s'enchainer comme les jours de pluie cet hiver.

Ce n'est pas brutalement que le tournant a été pris, le Vintage aura été une introduction mais cette saison nous passons bien au-delà du Vintage pour friser le summum du ringard.

Nous entrevoyons un peu de pensée dans ces nouveaux codes visuels qui intègrent et assument ce qui était encore hier, de la ringardise. Sembler ringard en amplifiant le démodé, voici ce qui nous est proposé et personnellement je suis littéralement emballée. Porter des couleurs improbables ornées de motifs encore plus improbables. Pour les coupes des vêtements, pareil, on aime les formes pour ce qu'elles sont, pour leur esthétisme en-soi et pas pour essayer de s'affiner les gambettes, de sembler plus grande, plus fine, plus femme, plus objet, moins nous. La notion de silhouette elle-même en est toute bouleversée, revisitée, réinventé, loin des clichés habituels.

De ce courant esthétique nouveau, nous voyons poindre une belle pointe de cynisme de la part de la jeunesse qui se débarrasse petit à petit des conventions même lorsqu'il s'agit de s'habiller. Il se passera sans doute malheureusement ce qui se passe souvent : cet air de liberté se retrouvera dans une petite case, sera nommé et ensuite codifiée par l'industrie de la mode mais en attendant, profitons et mixons les pièces improbables.

Le Top 5 du Style Ringard:

  • le jogging nylon, celui qui en fait n'a jamais été à la mode mais que l'on portait dans les années 80 (principalement les sportifs contrairement à aujourd'hui). Le jogging fut en fait inventé pour maintenir les muscles des sportifs entre 38 et 39 degrés. Encore plus chaud que 37,2, de quoi passer un bel été.
  • Le sac banane et, cette saison, c'est pour de vrai. Vous repenserez à cet article le jour où, en en achetant une, vous vous direz : jamais je n'aurai pensé porter un sac banane mais qu'est ce que c'est pratique.
  • La coupe mulet et là, notre mâchoire est prête à se décrocher. Un peu plus haut je parlais de cynisme de la jeunesse, nous voici en plein dedans avec cette coupe de cheveux totalement désinvolte. Peut être assistera t on à une mutinerie de la part des coiffeuses et coiffeurs...
  • Toutes les couleurs et tous les imprimés qui étaient considérés avant comme laids : tartans douteux, imprimés foulard genre papier peint de maison abandonnée, très gros logos, couleurs criardes ou au contraire couleurs difficilement nommables (comme ces mi-orange-mi-marron).
  • Des vêtements amples, très amples, déstructurés et parfois même pas structurés du tout ou trop.

Tartan laid
Tartan laid

Pour celles qui ne se sentent pas de vivre en ressemblant à Bonnie Tyler, Kim Wilde, ou aux membres du groupe Kajagoogoo voici une autre tendance bien plus sage de ce début de printemps.

Elle intègre une fois de plus celles de la saison dernière pour nous faire glisser du style Bohème vers

le style Romantique.

I want to be a fée

Le style romantique, c'est girly... Glissement du hippie au hippie chic pour arriver cette saison au romantique. Qu'est-ce qui s'est t il donc passé???

Avec ce style, on allège, on joue avec des matières ultra fluides et de la transparence. Le romantisme c'est un peu la carte de l'innocence. Être sexy sans trop donner l'impression d'y toucher...

Un peu de candeur aussi et une pensée aussi légère que les matières. Pour les couleurs on mise sur les pastels et le blanc immaculé qui reste symboliquement attaché à la « pureté » de la femme, mouai... Hormis cela, le style romantique est facile à porter pour celles qui ont envie de brandir l'amour et le féérique à coup de baguette en mousseline.

De la couleur à bloc !!!

Moins classique que le style Romantique, une autre tendance fait son entrée cette saison. Il se peut qu'en faisant les boutiques votre attention ait été attirée par des couleurs très-très vives.

C'est couleurs annoncent l'avènement du color block.

Ce terme désigne le fait d'être vêtue d'une seule couleur pétante mais s'utilise également lorsque l'on mixe des couleurs très vives et là attention, au-delà de deux couleurs, la faute de gout peut déjà être atteinte. Total look rose flashy, veste bleu électrique et robe jaune, mixe d'une pièce rouge avec une rose. Pour réussir son coup sans ressembler à un perroquet, on choisi des pièces graphiques qui donneront encore plus d'éclat aux couleurs. Après l'hiver froid, neigeux et pluvieux, voici de quoi nous réchauffer au moins les yeux.

Et du coup on porte quoi cette saison?

Ce qu'on veut, comme d'habitude! Mais avouons que cette saison s'annonce gaiement et laisse le choix entre plusieurs tendances : la ringardise pour les plus cyniques, le romantisme pour les plus classiques et le color block pour celles qui aiment les couleurs vives, les monochromes et le fauvisme. 

Tendances automne-hiver 2017/2018

Que disent donc les tendances mode imposées par quelques centaines de happy few au budget illimité ? Elles disent : folk, élégant et décalé, plumes d'autruche, double denim, argent, rock sage, rouge et marron, total denim, androgynes, volumes XXL, rock sauvage, rose, cuir, laine, style preppy avec une touche de rock, imprimé fleurs. Non, il ne s'agit pas de la retranscription des derniers soubresauts verbaux d'une rédactrice de mode plongeant dans un coma éthylique, il s'agit bien de la ligne de conduite esthétique à respecter cette saison afin de pouvoir se mouvoir en société en ayant l'air branchée. Branchée mais en s'intégrant visuellement à la masse de ceux qui nous entourent, en étant comme eux en fait... Original mais comme les autres.

Constatant le ridicule de ce genre d'obligation sociétale mais étant bien obligée de dégager quelque chose de tout cela afin de me fondre également dans le flot des autres (de manière ponctuelle) et peut être même de vous aider à le faire, il a bien fallu trouver quelque chose à dégager de tout ça ...

Fini le look Bohème, on a envie de dire ENFIN. Place désormais au Folk qui refait surface après avoir eu le vent en poupe en 2010. Cette tendance est un savant mélange de patchworks multicolore, d'effets d'usure et d'imprimés néo-ethniques. Vous voyez les motifs chatoyants qui ornent les vêtements folkloriques ? Le Folk c'est exactement ça. Evitez tout de même le total look si vous ne voulez pas être confondu avec une danseuse professionnelle portugaise partant à Lisbonne pour une représentation. Ce style de motif est idéal pour des accessoires.

Le jeans : un jean + une chemise en jean = double denim = branché. Alors oui, avant c'était ringard mais maintenant c'est bon, on peut. Pour un look cow girl (et pas call), a porter avec des bottines folk et un gros foulard unis qui rappelle une des couleurs présente sur vos bottines. Par temps de grand froid, ajouter une longue peau lainée.

Le total denim : combinaison en jean et robe en jean sont dans le vent.

Le rose : c'est sans doute lui qui réchauffera nos yeux cet hiver, pas le rose pâle mais bien le rose flashy. On le retrouvera beaucoup sur les Fun Fur, ces manteaux volumineux en fausse fourrure.

L'argenté encore plus argenté qu'à la saison dernière : sans doute influencé par Thomas Pesquet et sa combinaison spaciale ou par l'intérieur d'un sac isotherme, cette tendance peut laisser perplexe et ce pour deux raisons : cette couleur donne mauvaise mine à la plupart d'entre nous et la matière de la plupart des pièces argentées semble très inconfortable. L'argenté sera bien porté par des peaux très (très) mates.

Le doré : contrairement à son cousin l'argenté, il ira très bien aux peaux claires et également aux mates. Afin de ne pas ressembler à un Ferrero Rocher mixer avec une pièce en jeans.

Le cuir : une pensée émue pour les végans... Le cuir, comme depuis un certain temps, continue à plaire et reste in.

On nous reparle de la jupe crayon et là, soyons prudentes. Ne la prenez pas trop étroite en bas sous peine de marcher comme une Geisha le samedi matin pendant que vous faites votre marché ou de risquer de vous étaler comme une crêpe parce que vous avez oublié que vos enjambés ont diminuées de moitié par la faute de la dite jupe. Je classe ce style de jupe au rayon « dangereux ».

Les maxi pull laine : idéal mais pas simple de trouver celui qui nous va. Si vous trouvez que vous ressemblez à un barbe à papa lorsque vous l'enfilez, c'est qu'il ne vous va pas. Si vous avez l'impression d'avoir rajeuni de dix ans quand vous le portez, c'est que vous avez trouvé le bon modèle. Pour le bas, optez pour un jean skinny. Bon courage...

Rock : vous êtes du genre à écouter Born to be wild dès votre réveil ? Tant mieux. Le style Rock persiste et signe une nouvelle fois cette saison alors sautons sur l'occasion. L'avantage est qu'avec le retour des patchs thermocollants, pin's et badges la saison dernière, ce look s'est peu à peu ancré dans tous les milieux. La veste à clou peut même faire son petit effet en soirée.

Pour nos pieds : rangers, santiagues, bottes de yéti, escarpins, baskets et à peu près tout ce qui peut se mettre autour d'un pied sera bien vu sauf les Stan Smith blanches. En effet, il semblerait qu'aucun consensus n'ai pu être trouvé les concernant. Certains disent que c'est encore un incontournable et d'autres disent que c'est désormais totalement démodé.

Qu'est qu'on retient ? Le jean, la laine et l'esprit Rock. Cet hiver sera celui de la libération, à nous le confort assumé. Si on ajoute à ça la mouvance no make up c'est parfait. Nous allons gagner du temps, beaucoup de temps. La pression redescend doucement, après nous être libérées des corsets nous nous libérons petit à petit des dictats de la mode sans pour autant nous négliger. Ce que nous faisons nous le faisons petit à petit pour nous. Liberté, parce que vous le valez bien.

Tendances printemps-été 2017

Le soleil arrive et tu croyais pouvoir déambuler boulevard Gambetta à l'aise, truffe au vent, sans même devoir te soucier des dernières tendances ? Que nenni !!! Partout autour de toi, des campagnes de pubs avec des filles habillées fashion et ultra léger, à croire que la planète elle-même est devenue lesbienne...

Histoire d'être une fille dans le vent et de pouvoir parler de mode avec tes copines hyper pointues sur le sujet, tu as regardé les défilés. Gucci, Versace, Moschino, les classiques. Tu t'es même infligée le clip d'Anthony Vaccarello, le designer belge à la tête de la création chez Yves Saint Laurent et là, tu as lâché l'affaire. Ce teaser « nous fait entrer dans l'intimité d'une bande de jeunes libérés ». Des copines qui se titillent et se léchouillent ; comme si dans la vraie vie, quand on boit le café avec notre meilleure amie, on ne peut pas se retenir de lui rouler des pelles ou de lécher ses talons. Hyper-sexualisation et vulgarité, en gros, voici une partie de la tendance printemps/été 2017.

Pour celles dont « liberté » rime avec « ma priorité est d'avoir l'air d'une working girl qui sort d'un club échangiste », cette tendance tombe à pic. Pour les autres dont liberté rime plutôt avec le fait de porter des choses dans lesquelles on est à l'aise, on va plutôt s'intéresser au doux vent de folie et de décontraction vestimentaire qui va souffler sur cette saison.

On exagère sur tout, formes, couleurs, accessoires, coiffure, on se lâche totalement. Même le legging pailleté est autorisé, c'est pour dire la marge de dinguerie qui s'offre à nous. Le cousin du street wear fait son entrée, il s'appelle athleisure (contraction d'athlétisme et de loisirs (leisure), il est l'équivalent du look casual tendant vers le sportif. C'est un look idéal pour les filles rurales comme nous. Confortable, pratique, permettant des activités à l'extérieur sans avoir les talons qui se plantent dès que l'on marche au bord du Lot. Un look décontracté est toujours préférable à un look de dinde surtout en ces temps de grippe aviaire... Joggings en molleton, gilets zippés à capuche, jupe plissée associée à un t-shirt sport et des baskets. Vous trouvez que ça ne fait pas sérieux ? Que vous êtes trop vieille pour porter des baskets? Libérez-vous et courrez vous acheter une paire de Stan Smith !

La combi sera encore là pour cette saison, les robes bohèmes aussi ainsi que le sleep wear. Pour les pantalons et notamment les jeans, ils sont 7/8, c'est-à-dire entre le pantalon et le pantacourt, sorte de « pantacentriste » ou feu de plancher qui laisse voir nos chevilles. Fini la raie des fesses apparente, le pantalon taille haute s'impose, mêlant bon sens et rehaussement du sens esthétique de notre société, c'est toujours ça de gagné.

On note aussi le retour des gros logos de vraies marques, tellement gros qu'ils ressemblent à des faux. L'idée est la suivante : « c'est du vrai mais on dirait du faux », tendance qui ressemble aussi à : « je suis à découvert mais je porte un sweat qui coute un SMIC et on pourrait croire que je l'ai acheté à un vendeur à la sauvette. » Ce mouvement s'appelle le faux real. Son but ? La réappropriation de la réappropriation (dixit eux-mêmes). Comme disait Coco Chanel, « Peu importe si vos perles sont vraies ou fausses, pourvu qu'elles aient l'air fausses », comme quoi, même les tendances les plus fraîches sortent parfois d'un vieux placard.

On vibre aussi sur la tendance années 80, cela doit d'ailleurs faire 10 ans qu'on le fait mais cette fois c'est la bonne. Les années 70 et 90 débarquent également à nouveau, comme si le travail des créateurs de tendances était en fait un travail d'archivistes. Sachant qu'un certain nombre d'entre nous sont nées entre les années 80 et les années 2000, un petit décryptage s'impose. Les pièces et matières de ces périodes qui refont surface sont : les brassières, la résille, le métallique, le vinyle, les broderies, les patchs, les pin's et les imprimés fleuris, le denim. L'asymétrie est aussi de retour et ce, sous toutes ses formes mais toujoursasymétrique... Une épaule dénudée, une seule boucle d'oreille XXL, la couette sur le côté, à porter à droite ou à gauche, selon sa préférence. Encore du mal à cerner cette période-là ? La meilleure des tutos tendance reste les clips Soleil d'hiver et Tchiki Boum de Niagara.

Imprimés : imprimés fleuris version papiers-peints (attention aux migraines), wild, motif géométrique, religieux (à lire sur le site internet de Lot of Femmes : signes religieux et mode).

Couleurs: jaune, vert, rose en ultra flashy mais également toutes les couleurs poudrées.

Matières : Le denim qu'il soit assemblé ou effiloché, on appelle ça le upcycling. Les sequins discos, paillettes et autres textures brillantes et souvent pas très confortables à porter.

Le hit de la saison ? La robe blanche et surtout, ce que vous aurez choisi vous-même selon vos propres goûts.

Les accessoires de la saison

Les patchs thermocollants : on en met partout, sur nos jeans, nos blousons. Ils ont toutes les formes : licorne, tête de mort, avion, drapeau, paraboloïde hyperbolique... Entre régression et transgression, on adore personnaliser nos vêtements. Vous ne vous sentez pas de les coller ou de les coudre vous-même ? Cette saison, beaucoup de vêtements en sont clafis donc pas besoin de passer par l'étape couture.

Inconvénient : les patchs peuvent parfois donner l'air d'un ado attardé tout droit sorti d'une série TV des années 90. On se doute déjà que cet effet de mode sera éphémère bien qu'il perdure depuis des décennies chez les personnes à tendance anarchiste.

Pin's et badge : cousins du patch mais en version amovible, ils surgissent comme des signes ostentatoires. Sorte de croix du 21e siècle, idéal pour afficher discrètement, ou non, certaines de ses convictions. Quelques candidats à la présidentielle se sont même offerts le luxe de produire les leurs, preuve de l'importance de l'objet et de ses pouvoirs supposés.


Le choker : en français le collier ras-de-cou. Alors voilà, on avait enfin réussi à se constituer notre collection de sautoirs et bim ! Finie la longueur, on passe au collier ras-du-cou. C'était l'accessoire à avoir dans les années 90 ; par la suite, il lui a été reproché de ressembler à un collier pour chien. En 2017, on dit de lui qu'il est capable de rehausser n'importe quelle tenue. À tester mais en restant méfiante.

La mono boucle d'oreille XXL : idéale pour les plus timides d'entre nous qui n'osent pas porter deux énormes boucles d'oreilles. On coupe la poire en deux et on en met qu'une. Pratique. À l'autre oreille, on glisse un petit clou discret. À porter avec les cheveux attachés en hauteur ou une tresse basse du même côté que la boucle. Technique.

Le maximalisme est, de manière générale, tendance cette saison et ce, que ce soit pour les bagues, les bracelets, les colliers et même les sacs à main.

Pour celles qui s'opposent au maximalisme, pourquoi ne pas tester la mini pochette ? Alors oui, c'est très mignon un micro sac à main mais on sait déjà que l'on risque de l'utiliser deux fois en soirée et qu'il finira sa vie dans l'un de nos sacs à main, jouant le rôle qu'il aurait dû se contenter de jouer, celui d'un porte-monnaie.

Les chaussures deviennent folles : qu'elles soient plateformes, à talons, qu'il s'agisse de sneakers ou de sandales, les chaussures cette année exhibent des imprimés léopard, fleuris ou ethniques, bicolores, pailletés dorés ou argentés. Un vrai festival de formes et de couleurs.

Tendances automne-hiver 2016/2017

Quel lien subtile existe-t-il entre les défilés de prêt-à-porter automne hiver 2016- 2017 qui se sont tenus fin février début mars 2016 à New-York, Londres, Milan et Paris, des robes hors de prix, des mannequins faméliques et notre dressing ? La Mode. Elle se caractérise par son changement incessant ou plutôt elle se caractérisait ainsi. L'univers de la mode et du luxe vit des heures tourmentées, même le colosse américain Ralph Lauren enregistre une perte nette de 22 millions de dollars début juillet, les designers et les maisons de mode jouent la carte de la prudence. Résultat : pas de grande révolution vestimentaire pour cette saison alors à nous de jouer pour twister nos vêtements de l'an dernier (des deux saisons) avec quelques nouvelles pièces.


Ce que l'on garde de l'an dernier et ce que l'on y rajoute

Les motifs wild jungle (c'est-à-dire Jungle Sauvage, grrrr) : les motifs léopard et zèbre que l'on peut mixer avec des fleurs en multiples variations de techniques, imprimés, façon jacquard... Le manteau panthère porté ample et très long devient enfin mettable.

Le style gipsy et ses robes bohèmes auquel on rajoute une touche rock vintage : un jean taille haute coupé flare c'est-à-dire qui marque les hanches et qui est droit au niveau des cuisses, pour le haut on opte pour le blouson en daim vintage raccourci.

Les années 80-90 : épaulettes démesurées, streetwear, sweat à capuche décontracté ou plus couture (aussi appelé hoodie), imprimés foulard.

On garde aussi : le blouson néo-aviateur, le bomber, le manteau Teddy fausse fourrure moutonnée et le blazer velours, la cape, le costume-pantalon.

Défilé Chloé, prêt-à-porter 2016/2017
Défilé Chloé, prêt-à-porter 2016/2017
Défilé Balmain, prêt-à-porter 2016/2017
Défilé Balmain, prêt-à-porter 2016/2017

Les nouveautés :

Le corset : où plutôt la ceinture-corset pour les moins téméraires. Cette année les tailles sont très marquées, idéale pour structurer la silhouette, ces grosses ceintures ne doivent pas pour autant nous étrangler la taille au point de nous gêner.

La doudoune : pas franchement glamour mais pratique, elle est de retour, même Chanel s'y est mis. Il est préférable de la porter avec une tenue assez prés du corps pour ne pas se donner des allures de Bibendum Michelin.

Les manches : elles deviennent une sorte de vitrine exposant épaules, avant bras, biceps, bref, les manches se complexifient. Pour celles qui oseront les manches bouffantes, penser à privilégier un bas très prêt du corps et à marquer la taille pour éviter l'allure de montgolfière.

Le léopard-colorisé : c'est comme si les zèbres étaient rose et vert, peu crédible, difficile à porter sauf par petites touches pour celle qui y tiennent.

La combinaison-pantalon : à porter prêt du corps sans hésiter à la retrousser pour montrer un bout de cheville, de préférence avec des chaussures plates. Pour les versions plus amples on n'oublie pas de ceinturer la taille et on ose les talons hauts. Cet hiver on ose toutes les formes, toutes les couleurs et toutes les matière pour la combi.

Le tartan : idéal pour celles qui veulent passer pour des joueuses de cornemuse, pour les autres, à éviter.

Les volants : ils étaient sur tous les défilés, romantiques ou farfelus, difficile à porter mais pourquoi pas.

L'essentiel : Une silhouette affirmée.

Les maigrichonnes du haut osent les épaulettes. Les grassouillettes des fesses ou/et des cuisses se mettent en valeur en osant la ceinture corset pour marquer la taille et faire ressortir leur popotin. Ne jamais ressembler à un bloc, à ériger comme devise et à se répéter tous les matins.

Mode printemps-été 2016

Succombera-t-on aux tendances dans le Lot ?


Il y a deux styles de femmes : celles qui attendent avec impatience les nouvelles tendances en regardant Fashion TV, celles-là même qui affirment que les Wazas et le tofu « c'est trop bon » et celles qui ont la boule au ventre à chaque changement de saison. La dernière catégorie se dit, comme à chaque fin d'hiver, qu'il va falloir se mettre au régime et prendre le temps de se faire au moins un brushing par semaine parce qu'à plus de trente ans on devrait au moins être capable de résoudre ses problèmes capillaires.

Le monde de la mode est scindé en deux : Les filles qui défilent sur les catwalks et nous. Piquons quelques idées aux premières à défaut de pouvoir leur couper les jambes pour nous les greffer, évitons quelques fautes de goût vues sur les podiums, car il y en a et pour le reste, rien de mieux qu'une virée shopping entre filles, dans des vrais magasins, pas sur le net, histoire de pouvoir essayer des fringues qui nous plaisent et de bénéficier gratuitement des meilleurs conseils qu'il nous est permis d'avoir, ceux d'une amie.

Le sleepwear,

WTF???

Le "sleepwear" autrement appelé "new lingerie" débarque. On met les dessous dessus, de quoi se demander ce que l'on mettra sous nos dessus qui sont en fait des dessous...L'ambiance soirée pyjama devient chic mais attention, en soie le pyjama. Les robes de soirée ressemblent à des nuisettes et le pyjama de ville remplace le tailleur pantalon, un vrai look de flemmarde. On adore.

Motifs

Inspiration japonaise, autrement dit, des fleurs de lotus, de la soie, des vestes qui ressemblent à la déco d'un bar à sushi. Jonathan Saunders, Martin Margiela et Diane Von Furstenberg veulent même tenter de faire aller bosser Madame ToutLeMonde en kimono.

La pastèque arrive en force avec ses potes les ananas, les palmiers et les smiley's.

Ce que l'on pensait ne jamais revoir

La brassière portée sous une veste lors du défilé Versace, le bob chez Alexander Wang et BCBG Max Azria.

Et les fashionistas?

Enquête...

Ce qui fait craquer les fashionistas: blouson bombers, baskets blanches et sac à dos. Ils appellent ça l'esprit sportswear on peut aussi parler de mauvais goût.

N'empêche qu'à la rentrée nous risquons de ne pas pouvoir échapper aux Bomber's qui nous verrons des clins d'oeil dans toutes les vitrines.

En ce qui concerne les baskets blanches, force est de constater qu'elles se baladent en groupe sur les trottoirs et on commence à s'y faire.

Du réchauffé sur les podiums,

mais on aime bien...

Altuzarra et Givenchy nous resservent du smoking féminin-masculin, Burberry nous refait le coup de la robe en dentelle, Versus Versace re-re-re-découvre l'imprimé léopard et Miu Miu nous remet un coup de fourrure, parfaitement adapté à celle d'entre nous qui ont prévu d'aller passer leurs vacances d'été en Sibérie. N'oublions pas l'éternel jean délavé aperçu sur les podiums Vuitton, troué de préférence, à croire que tout fou le camp.

Les imprimés ethniques, vous connaissez ? Et c'est reparti pour un petit coup de bohème-chic, ça tombe bien, c'est joli, confortable et on peut ressortir nos accessoires de cet hiver. Dsquared2 et Valentino nous ont préparé du éthnique élégant et Tommy Hilfiger du éthnique exotique, à vous de choisir votre camp.

Pour nos pieds...

Les escarpins pointus ont été nommés

« chaussures chics par excellence » et non pas

« chaussures méméisantes et douloureuses par excellence » au grand regret de mes pieds.

Du moins, c'est ce qu'on nous avait dit mais au final, on ne les vois pas courir les rues ces escarpins...

Dance Machine 3

Ambiance Dance Machine 3 ou le retour des années 90 sur un air de DJ Bobo : on nous parle de couleurs pop, on peut s'attendre à faire une crise d'épilepsie en voyant la couleur de certains tops cet été...

J'aurai également pu vous parler du défilé de Victoria Beckham, mais soit dit entre nous,

on s'en fiche.

Mais nous, on s'habille comment pour aller bosser, pour sortir ou se balader au bord du Lot ?

Quand la Mode se frotte à la réalité de la ruralité...

Au bureau

Et si on allait au bureau avec une jolie robe bohème ? Facile à porter, confortable et ça aussi c'est important. Pour nos pieds, on a le choix entre des sandales plates ou des mules compensées. Un jean délavé slim mais pas troué, avec un haut imprimés plage, le tout porté avec les chaussures lacets et pourquoi pas oser un joli panier histoire de se mentir un peu et d'avoir l'impression de ne pas partir au bureau mais à une soirée plage.

Soirée

En soirée, on ose les robes fendues, on laisse voir ses épaules, on adore les décolletés plongeants et on joue aussi avec des matières transparentes mais attention, pas tout en même temps, ne tombons pas dans la vulgarité. Le décolleté plongeant ira aux petites poitrines, pour des robes longues et amples à fines bretelles. On joue la transparence sur le dos et le décolleté mais on évite les voilages sur le ventre.

Week end

En week end, on n'hésite pas à sortir son bob, ses espadrilles et un short de plage. Pour le haut on peut afficher des palmiers et tout ce qui fait penser à la mer. Pour les lunettes de soleil plus elles sont grosses mieux c'est. L'avantage est qu'en protégeant sa tête et la moitié de son visage avec des lunettes mouche on évitera les insolations et les pattes d'oies.